Actualités
________________



PRETEXTO. UNIDAD DE ARTE Y CREACIÓN
Pasto, Nariño - Colombia

______________________







PRETEXTO



Collectif HIC SUNT
______________________


(Exposition en préparation pour février-mars 2017, ARONDIT, espace d'art contemporain, Paris)
Arondit




Anxiété cartographique

Dans un article récent reprenant l’essentiel de leur ouvrage Border as Method, or the Multiplication of Labor, Sandro Mezzadra et Brett Neilson font valoir que le débat contemporain autour des frontières est imprégné d’un « sentiment d’anxiété cartographique* ». Au-delà de l’évidente relation entre cartographie et frontières, les auteurs font écho aux pensées du philosophe français Etienne Balibar en soulignant cette relation anxieuse avec la frontière et l’instabilité des contours. En effet, une carte étant la projection de diverses interprétations de la matérialisation des frontières, politiques, territoriales ou autres, elle est de fait modifiable et ouverte à la pensée critique.
Au cours des vingt dernières années, les artistes ont répondu à cette anxiété en investissant de manière significative la cartographie en tant que domaine de recherche et d’expression. Depuis les peintures rupestres de Lascaux, où certains spécialistes auraient identifié les premières tentatives cartographiques, l’art du dessin a notamment été mis au service d’enjeux pratiques et idéologiques, dans la volonté de fixer des représentations de la terre et du ciel. La carte est un artefact à travers lequel l’imaginaire donne forme à des territoires, mettant en évidence les contours d’une réalité purement subjective, sinon reconstruite. L’histoire de la géographie a donc été marquée, jusqu’à ce jour, par ces imaginaires artistiques au travail dans la représentation de l’espace.
Dans une approche contemporaine de la cartographie comme mode de représentation de l’espace, il faut peut-être faire la distinction entre ce qui participe de la production, en utilisant le terme dynamique tracer (mapping) et ce qui fait référence à une forme plus statique, la cartographie (cartography).
Les quatre artistes du collectif Hic Sunt sont toutes préoccupées par ces notions de tracés et cartographie et les abordent à travers dessins, performances, installations, sculptures et vidéos. Leurs productions artistiques ont en commun d’explorer ce que les cartes disent des limites de notre monde, afin, justement, d’offrir une autre manière de l’appréhender, de le « ré-ouvrir » et de le remettre en partage. Et si les œuvres questionnent la représentation des frontières – politiques, spatiales, mentales, langagières, etc. –, elles ne cherchent pas nécessairement à y répondre. Il s’agit d’abord de provoquer poétiquement, et même, d’ouvrir à de nouvelles questions et problématiques. En cela, Hic Sunt explore aussi bien la finalité que la finitude des cartes.

* Sandro Mezzadra et Brett Neilson, « Fabrica mundi : Dessiner des frontières et produire le monde » in Géo-Esthétique (sous la direction de Kantuta Quirós et Aliocha Imhoff – Le peuple qui manque), coéd. Parc Saint Léger et École Supérieure d’Art de Clermont Métropole, 2012.

Lucile Bertrand
Katrin Gattinger
Anna Guilló
Valentine Gouget






EN RÉSIDENCE
______________________




antiAtlas Journal
Programme de recherche artistique
______________________




Revue numérique annuelle, bilingue et gratuite, antiAtlas Journal ouvre un espace éditorial exploratoire dédié à une approche radicalement transdisciplinaire des frontières contemporaines. Prolongeant le projet antiAtlas des frontières, reposant sur une collaboration entre chercheurs et artistes, elle expérimente de nouvelles pratiques d’édition et de modélisation de la recherche. La revue est consultable sur le web (tous formats) et en PDF.







Pour en savoir plus : antiatlas-journal.net



Facebook











6_carton-hdr.jpg
       
6_colloquelfdc.jpg
       
6_tat7bd.jpg
       
6_affiche-altermapping.jpg